Les sorties du mois en XJ

Deux longues sorties avec la XJ ces derniers temps.

Tout d’abord un aller-retour Paris–Cologne avec les enfants.


C’était la première fois que nous voyagions à 4 et l’auto s’est merveilleusement comportées. Entre l’espace et le silence, elle s’est transformée en dortoir roulant et/ou salle de jeux pendant la majeure partie du trajet.

Lorsque je parle d’espace c’est en considérant la jeunesse de nos mômes parce que eu égard au gabarit extérieur de l’auto, les places arrières ne sont pas spécialement généreuses en longueur (pour les jambes quoi). En revanche, côté largeur là.. il y a vraiment tout ce qu’il faut voire plus.
Il a neigé en traversant la Belgique, puis le jour du départ. J’avais quelques appréhensions vu que la Jaguar était équipée de pneus Michelin de route. Avec ses deux tonnes, si elle s’était mise à glisser ça aurait pu être folklorique. Rien de tout ça, elle a traversé les intempéries avec une « souveraine » indifférence.

Cette semaine, aller-retour Paris Poitiers pour le boulot. Là c’était plus simple, mais décidément sur les longs parcours elle est impériale.
Jolie rencontre à Poitiers avec l’Ampelidae C un vin blanc local, curieux, mais formidable.
Deux restau sympa à Poitiers (qui par ailleurs est une ville assez triste) : Vingélique et La Gazette.

La XJ joue la star

Hier j’ai publié sur mon site professionnel une petite vidéo pour illustrer les capacités vidéo d’un nouveau compact, le Lumix FX35, qui filme en haute définition.

Ce petit film consiste juste en quelques mètres à l’intérieur de la Jaguar.
Conséquence amusante, l’auto (qui n’était pas le sujet principal de l’article puisque c’était l’appareil) a suscité de nombreuses questions, soit en commentaires, soit en email direct…


Test Lumix from Luc Saint-Elie on Vimeo.

C’est fait, la XJ6 est à nous

Ca y est je l’ai, nous sommes allé la chercher ce matin.
Il s’agit donc d’une XJ6 Sovereign de juin 96 une x300.

Elle est vert anglais intérieur beige
Absolument nickel (juste un minuscule poc sur la portière arrière droite)
Le modèle est JH ALD4

Je n’ai pas l’habitude de conduire des autos de ce niveau et le premier contact est totalement incroyable, calme luxe et volupté.
Je ne suis pas le seul d’ailleurs, mon fiston qui devait rentrer dans le perche, ce soir en train (finies les vacances scolaires) veut que je le ramène avec 🙂

La Jante

La XJ6 à côté de ma fidèle Honda Civic

Une auto de ce type pour à peine le prix d’une Logan de base neuve, ça a du bon quand même l’effroyable décote des vieilles anglaises.
Elle a une explication simple: Une Jaguar est acquise neuve par quelqu’un qui a beaucoup de sous, qui la revend au bout de quelque temps à une autre personne avec beaucoup de sous, et ensuite elle devient rigoureusement invendable, et donc s’acquiert à vil prix.

Invendable parce que les gens ayant des moyens confortables n’achètent pas d’autos ayant un fort kilométrage quelque soit leur état, et que les gens normaux sont effrayés par ces autos à la réputation sulfureuse sur la plan de la fiabilité et du coût supposé de l’entretien afférent.

Les vieilles Jaguar étaient des catastrophes sur le plan de la fiabilité, la célèbre excentricité des anglais se voit beaucoup dans les vieilles Jaguar, alors que les moins vieilles, comme notre X300, sont des horloges Suisses. Sulfureuse sur le plan de la consommation (il est vrai qu’elles ont une consommation indécente en ville, mais c’est la Civic qui me sert en ville, et sur route elle s’alimente comme n’importe quelle auto de son gabarit).
Sulfureuse parce que, du fait de son gabarit, elle est peu utilisable dans le rôle auto-boulot-dodo, elle est ingarable etc….
Bref une Jaguar c’est une automobile d’exception qui s’achète au prix d’une vile voiture quelconque.

Le début du commencement

L’idée de base est simple.
Pour des raisons que j’ignore, j’éprouve un penchant particulier pour les productions de la parfois perfide Albion.
Peut-être est-ce dû au fantasme de classe qui leur est attaché (ou attachable) une classe que par ailleurs je suis loin d’avoir.
Peut-être est-ce parce que l’Angleterre fait partie de ma culture personnelle. Je suis né en 60 et pour moi l’Angleterre c’est les Beattles, les Who, les Stones, les bus à impériale, la relève de la garde, les Austin Mini avec l’Union Jack peint sur le toit, Twiggy, les correspondantes fantasmatiques etc… et donc les Jaguar.
J’ai par exemple usé pas mal de fonds de jeans sur la selle d’une Triumph (que l’âge aidant j’ai remisée pour la troquer par une Honda Civic, c’est dire à quel point la déchéance peut parfois confiner à l’abyssal).

Pour des raisons que j’imagine classiques, je regarde les Jaguar avec concupiscence, ce qui frise le déraisonnable, car je suis particulièrement loin de pouvoir m’en payer une neuve voire une récente (le lecteur l’aura compris, j’ai la bourse plate).

La suite devient confuse.

En fait tout à commencé un jour en regardant les PA du site d’Autoplus, je tombe sur une Jaguar (JAGUAR Sovereign 3.2l ) en état esthétique apparemment honnête et pour laquelle sa propriétaire en demandait 3500 euros.
« Bon sang de bois » me dis-je, « mais alors d’occase c’est pas cher !! »

Et me voici fouillant les PA de toutes obédiences, pour effectivement aboutir au constat que si une Jaguar neuve est hors de ma portée, une Jaguar vieille l’est tout à fait et en outre l’âge seyant bien aux vielles dames stylées, ce ne serait même pas forcément un pis-aller désagréable.
Et puis me revient en mémoire les mésaventures d’un mien ami qui il y a quelques années à consacré autant d’argent à un coupé Jaguar qu’il en aurait consacré à une maîtresse plus en chair, le tout assaisonné de l’exécrable réputation des Anglais en matière de mécanique.

Ce dernier point est à modérer par le fait que j’ai pas mal roulé sur une Triumph (une 900 Trophy) qui m’a réconcilié avec les compétences mécaniques des sujets de sa gracieuse Majesté.
Notre Trophy avait plus de 100 000 kms lorsque je l’ai donnée, et de très nombreux excellents souvenirs lui sont attachés.

Internet a facilité les choses et cela fait des années que je zone dans les cercles jaguariens pour apprendre de quoi il en retourne et essayer de voir dans quel mesure une de ces mamies anglaises seraient compatible avec mes deux mains gauche, mes moyens limités etc… 🙂

J’ai retenu de tout ça que les séries I II III aussi sympa soient-elles étaient au-delà de mes moyens, que les XJS (coupés magnifiques) outre les mêmes caractéristiques avaient une soif que ma mince Visa aurait du mal à étancher et que les XJ40 avaient assez le profil du poste.

Cette fois je crois bien avoir trouvé la bonne candidate en la personne d’une X300 qui a pour mes yeux de non-spécialiste l’avantage d’avoir à la fois le look des anciennes et les entrailles des modernes.….