Paris Brest

La Bretagne c’est joli, très joli, mais loin (de Paris) très loin.
Tellement loin que les gens de la SNCF n’ont manifestement pas eu le courage de se pencher sur le cas et que pour arriver à Brest à 9h du matin… il n’y a pas d’autre solution.. que la route.

Voyage éclair donc à Brest avec la Jaguar. Parti lundi 22H30 arrivé à Brest mardi matin 7h, installation, journée de réunion, repli du matos mardi 18h, petit casse dalle, puis route vers 21heurs et arrivée de retour à Paris vers 5 heurs du matin. Au total presque 48 debout sans dormir et 1300 kms.
Dans ces conditions, l’assistance maximale de la Jag (boite auto onctueuse, moteur coupleux, régulateur de vitesse) s’est avérée un vrai support, tout s’est bien passé.

Surprise agréable, sur autoroute, à vitesse constante légale (régulateur) elle a tourné en dessous des 10 litres.

Verdon : 1700kms en un week end

Le Week end dernier, départ en direction du Verdon pour accompagner une manifestation de jeunes geeks férus de photo.

Le début a été calamiteux.. deux heures pour sortir de Paris (il faut dire que je m’y suis pris comme un manche côté horaire, nous avons sommes partis vendredi à 16 heures) …Bouchons
Le trajet total faisait 850 km, la route principalement de nuit s’est déroulée sans encombre, l’autoroute en XJ6 c’est très relax. La conso de façon prévisible a tourné autour des 10 litres.

Pause de nuit

A l’arrivée, nous avons rejoint le groupe (ultra sympa), c’était assez drôle de suivre un bus polonais dans ma vieille anglaise putativement bon chic bon genre.


Sur place, aucun souci, nous avons même fait un brin de tout chemin avec la Jag, le gros moulin lui permet de passer par des endroits assez improbables.

En rentrant dimanche soir nous avons croisé sur l’A6 les rescapé d’une gigantesque manifestation européennes de proprios de Harley Davidson qui s’est tenue le même week end à Saint-Tropez:

www.golfe-infos.com/harley-davidson/accueil.htm

Magnifiques motos, mais foncièrement faites pour rouler à 70 km/h au soleil californien, pas par temps de pluie sur les autoroutes hexagonales.

Avec une aérodynamique qui enf ait des engins à peui près aussi doués pour l’autoroute que moi pour faire danseur étoile. Le look de ces fanatiques de la couroie étant parfois suréaliste (remonter en Belgique, depuis le Sud français, les jambes écartées et les bras tendus vers le haut il faut vraiment avoir la foi).

Celui qui est en photo ci-dessous est un des plus « normaux » que nous ayons croisé.

Voyage en Angleterre en XJ6


La semaine dernière, pont à rallonge.. 5 jours.. et une météo estivale. Nous avions depuis quelques temps envie d’aller faire un tour à Bath en Angleterre, c’est l’occasion rêvée.. direction Calais, le ferry et à nous la conduite à gauche.

Au total près de 1500 km sur les routes anglaises (et à gauche)

Nous avions déjà pas mal voyagé sur autoroute avec la Jaguar, mais c’était la première fois que nous faisons un trajet aussi long sur des petites routes.

Dans ces condition la XJ s’est avérée être un véhicule de voyage de rêve. Confortable, spacieuse, agréable à tous points de vue (surtout grâce au large toit ouvrant, indispensable vu la chaleur écrasante qui s’est abattue toute la semaine sur le sud de l’Angleterre.

Un point à noter, la Jaguar est certes rapide, mais surtout elle accélère très fort. C’est quelque chose extrêmement sécurisant sur les petites routes anglaises majoritairement à une voie et où donc il faut effectuer de nombreux dépassements. Aucune angoisse avec la XJ, une légère pression sur l’accélérateur, l’auto bondi en avant en souplesse, et la voiture qui précède est avalée sans coup férir.
La tenue de route s’est avérée parfaite sur les routes en lacets.

Côté problèmes, deux petites choses à noter. La première est que la jauge à essence déconne, ce qui est parfois pénible. La seconde est qu’un soir il y avait une petite flaque d’eau sous la voiture. le niveau de refroidissement n’ayant pas bougé, j’imagine que c’est la clim qui fait des siennes.

Nous devons descendre dans 15 jours dans le Sud pour le Lense Camp, si j’ai le temps d’ici là il faudra que je l’emmène chez JJR pour qu’il y jette un oeil.

Les sorties du mois en XJ

Deux longues sorties avec la XJ ces derniers temps.

Tout d’abord un aller-retour Paris–Cologne avec les enfants.


C’était la première fois que nous voyagions à 4 et l’auto s’est merveilleusement comportées. Entre l’espace et le silence, elle s’est transformée en dortoir roulant et/ou salle de jeux pendant la majeure partie du trajet.

Lorsque je parle d’espace c’est en considérant la jeunesse de nos mômes parce que eu égard au gabarit extérieur de l’auto, les places arrières ne sont pas spécialement généreuses en longueur (pour les jambes quoi). En revanche, côté largeur là.. il y a vraiment tout ce qu’il faut voire plus.
Il a neigé en traversant la Belgique, puis le jour du départ. J’avais quelques appréhensions vu que la Jaguar était équipée de pneus Michelin de route. Avec ses deux tonnes, si elle s’était mise à glisser ça aurait pu être folklorique. Rien de tout ça, elle a traversé les intempéries avec une « souveraine » indifférence.

Cette semaine, aller-retour Paris Poitiers pour le boulot. Là c’était plus simple, mais décidément sur les longs parcours elle est impériale.
Jolie rencontre à Poitiers avec l’Ampelidae C un vin blanc local, curieux, mais formidable.
Deux restau sympa à Poitiers (qui par ailleurs est une ville assez triste) : Vingélique et La Gazette.

Soldes…

Samedi, derniers jours des soldes et donc virée parisienne toute la journée avec la BM.
Elle s’est acquittée extrêmement bien de cet exercice, mieux que ça même, c’est une remarquable machine urbaine.
En ville et en duo elle est parfaite. La douceur (l’absence de violence disons) de son moteur convient parfaitement aux séances de démarrage /ralentissement / relance/freinage.. de la circulation urbaine, et ses capacités de chargement (valises) sans être extraordinaires, sont vraiment appréciables.

Bref, excellente journée (si ce n’est pour mes jambes…)

Week end à Amsterdam

Amsterdam

Balade à Amsterdam

Ce week end, petite balade à Amsterdam avec la XJ6, histoire de voir ce qu’elle donne vraiment sur les longues distances et de profiter de son luxe supposé.

Dans les deux cas elle s’en est tiré très largement au-delà de ce que j’en espérais.

Pour ce qui est de l’autoroute, la XJ6 est vraiment une grande routière. C’est une auto étonnante, une sorte de bateau qui file sur l’asphalte à des vitesses surprenantes dans un calme absolu. Le gros moulin n’est pas un grand nerveux mais il a un coffre incroyable.

La XJ6 est rapide certes, mais ce qu’elle a de plus surprenant c’est sa capacité d’accélération sans fin.
A 150 elle est capable de réagir exactement comme si on roulait à 70, une légère accélération et elle bondit en avant, c’est à la fois impressionnant , sécurisant et amusant.
C’est paradoxal parce que d’un autre côté elle est très loin d’être une auto sportive, elle est longue, large, lourde, la suspension est ultra souple,la direction très assistée, bref ce n’est pas une sportive.
Ce n’est pas une sportive mais son énorme moulin lui permet de se mouvoir avec une souplesse, une puissance et une vélocité qui m’ont beaucoup impressionné.
Par certains côtés, ce comportement me fait penser (toutes proportions gardées) à la Yamaha XJR que nous avons eu. Elle avait le même comportement de gros moteur linéaire que rien ne semble atteindre, capable de réagir quelles que soient les conditions, sans effort, sans nervosité mais avec force.
Le comportement de ce gros moteur (6 cylindres 4 litres..) est tout à fait fascinant. Ce n’est pas la vitesse qui est impressionnante, mais la façon d’y parvenir.
Si la XJ peut rouler tranquillement à 140/150, ça n’a rien d’extraordinaire, toutes les voitures modernes peuvent rouleur à cette vitesse. J’ignore quelle est la vitesse maxi de la Jaguar, mais de toutes façons rouler à fond n’a pas grand intérêt avec ce type de voiture, sans compter qu’un freinage d’urgence à 200 avec cette automobile de 2 tonnes, doit matraquer sérieusement les trains roulants.
Ce qui est étonnant c’est qu’à 140 le moteur est à 3000 tours, la zone rouge commençant à 5500. C’est-à-dire qu’à 140 elle est à mi-régime, on n’entend pas le moteur et il peut accélérer sans aucun effort, ce qui contribue beaucoup à la sensation de sécurité.
Rolls Royce a l’habitude de dire que le puissance de ses automobiles est « suffisante », je comprends maintenant ce qu’ils voulaient dire. Les 245 Cv de la XJ6 ne sont pas destinés à jouer les sous-fangio sur les départementales, mais à lui procurer en toute circonstance un confort de conduite impressionnant.

Amsterdam

Arrêt essence, bonne surprise la conso n’est « que » de 11/12 litres

Autre point qui m’a (agréablement surpris) j’avais budgété tourner dans les 15 litres voire un poil plus, en fait en cruisant aux alentours de 140 elle en est à 11 litres, ce qui vu son gabarit et ses performances est extrêmement correct. C’est une excellente nouvelle.

Pour ce qui est du luxe, alors là c’est la totale. Non seulement elle est d’un confort inconnu pour moi mais en outre elle regorge de petites astuces parfois simples mais qui rendent la vie à bord extrêmement agréable. La température se règle au degré près, lorsqu’on roule de nuit en lieu et place de l’habituel éclairage avant qui aveugle le conducteur elle des petites lampes individuelles du genre de ce qu’on trouve dans les avions qui permettent au passager avant de lire avec la lumière sans gêner le moins du monde le conducteur (pourquoi ne trouve t on pas ça sur toutes les voitures ??).

Autre point amusant celui-ci, les réactions des autres conducteurs, ont été comme cela avait été le cas en ville empreintes de respect patient.

Les grosses Audi qui me collent au train dans un festival de son (klaxon) et lumière (appels de phares) lorsque je suis avec la Civic, attendent gentiment derrière.

Au chapitre négatif, elle tire très légèrement à droite il faudra que je fasse regarder ça, et la suspension est vraiment très souple, ce qui a très haute vitesse me gêne un peu, il faudra que je fasse regarder les amortisseurs.
Enfin je n’arrive pas à faire le plein, le pistolet des stations déclenche presque immédiatement et il faut que je procède avec un flux très faible, ce qui rend la manip interminable.

Au final, le bilan est totalement positif, très au-delà de ce que j’espérais.