Le début du commencement

L’idée de base est simple.
Pour des raisons que j’ignore, j’éprouve un penchant particulier pour les productions de la parfois perfide Albion.
Peut-être est-ce dû au fantasme de classe qui leur est attaché (ou attachable) une classe que par ailleurs je suis loin d’avoir.
Peut-être est-ce parce que l’Angleterre fait partie de ma culture personnelle. Je suis né en 60 et pour moi l’Angleterre c’est les Beattles, les Who, les Stones, les bus à impériale, la relève de la garde, les Austin Mini avec l’Union Jack peint sur le toit, Twiggy, les correspondantes fantasmatiques etc… et donc les Jaguar.
J’ai par exemple usé pas mal de fonds de jeans sur la selle d’une Triumph (que l’âge aidant j’ai remisée pour la troquer par une Honda Civic, c’est dire à quel point la déchéance peut parfois confiner à l’abyssal).

Pour des raisons que j’imagine classiques, je regarde les Jaguar avec concupiscence, ce qui frise le déraisonnable, car je suis particulièrement loin de pouvoir m’en payer une neuve voire une récente (le lecteur l’aura compris, j’ai la bourse plate).

La suite devient confuse.

En fait tout à commencé un jour en regardant les PA du site d’Autoplus, je tombe sur une Jaguar (JAGUAR Sovereign 3.2l ) en état esthétique apparemment honnête et pour laquelle sa propriétaire en demandait 3500 euros.
« Bon sang de bois » me dis-je, « mais alors d’occase c’est pas cher !! »

Et me voici fouillant les PA de toutes obédiences, pour effectivement aboutir au constat que si une Jaguar neuve est hors de ma portée, une Jaguar vieille l’est tout à fait et en outre l’âge seyant bien aux vielles dames stylées, ce ne serait même pas forcément un pis-aller désagréable.
Et puis me revient en mémoire les mésaventures d’un mien ami qui il y a quelques années à consacré autant d’argent à un coupé Jaguar qu’il en aurait consacré à une maîtresse plus en chair, le tout assaisonné de l’exécrable réputation des Anglais en matière de mécanique.

Ce dernier point est à modérer par le fait que j’ai pas mal roulé sur une Triumph (une 900 Trophy) qui m’a réconcilié avec les compétences mécaniques des sujets de sa gracieuse Majesté.
Notre Trophy avait plus de 100 000 kms lorsque je l’ai donnée, et de très nombreux excellents souvenirs lui sont attachés.

Internet a facilité les choses et cela fait des années que je zone dans les cercles jaguariens pour apprendre de quoi il en retourne et essayer de voir dans quel mesure une de ces mamies anglaises seraient compatible avec mes deux mains gauche, mes moyens limités etc… 🙂

J’ai retenu de tout ça que les séries I II III aussi sympa soient-elles étaient au-delà de mes moyens, que les XJS (coupés magnifiques) outre les mêmes caractéristiques avaient une soif que ma mince Visa aurait du mal à étancher et que les XJ40 avaient assez le profil du poste.

Cette fois je crois bien avoir trouvé la bonne candidate en la personne d’une X300 qui a pour mes yeux de non-spécialiste l’avantage d’avoir à la fois le look des anciennes et les entrailles des modernes.….